Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Transparence dans les industries extractives : Matinée de redevabilité à (...)

Transparence dans les industries extractives : Matinée de redevabilité à Gogo, dans le Zoundwéogo

LEFASO.NET | Tiga Cheick Sawadogo

jeudi 20 septembre 2018

Une équipe de l’Initiative pour la transparence des industries extractives du Burkina Faso (ITIE-BF) était dans la commune de Gogo, province du Zoundwéogo, dans la matinée du 19 septembre. Elle est allée partager avec les populations, le rapport 2016 de l’institution qui œuvre pour la bonne gouvernance dans l’exploitation des richesses du sous-sol.

Transparence dans les industries extractives : Matinée de redevabilité à Gogo, dans le Zoundwéogo
La commune de Gogo, dans la province du Zoundwéogo, abrite une société minière, Kiaka Gold. Normal alors que, dans le cadre de la dissémination de son rapport 2016, l’Initiative pour la transparence des industries extractives du Burkina Faso (ITIE-BF) s’y rende, pour rendre compte de l’activité minière au cours de l’année 2016. Ce, même si la mine de Gogo n’a pas été prise en compte dans le rapport 2016. En rappel, le consultant indépendant qui a élaboré le document a retenu seize sociétés minières dont le point commun est d’avoir payé à l’État plus de 300 millions de francs CFA en 2016, et d’être toujours en activité en 2018. Il a ensuite comparé les montants que les seize sociétés minières ont payés à ce que les services de l’État ont effectivement encaissé d’elles

Comme à Mogtédo et à Zabré, ce sont Dr Sidiki Guiré, chargé des rapports à l’ITIE-BF ; et Marc Dabiré, directeur de la production minière, des statistiques et de la prospective à la Direction générale des mines et de la géologie, qui ont présenté la quintessence du rapport 2016.

Lire aussi : http://lefaso.net/spip.php?article85492

Le même rapport est certes présenté à chaque étape de la dissémination, mais les échanges qui s’en suivent diffèrent d’une localité à l’autre. Par exemple, à Gogo, le maire semblait attendre de pied ferme l’équipe de l’ITIE-BF et la société minière que sa commune abrite. Le bourgmestre Talato Bernard Bouda a ainsi émis des inquiétudes sur la non-perception des taxes superficiaires, alors que dans l’exposé fait par les « disséminateurs », il ressort que d’autres communes sont passées à la caisse. « En 2016, on n’a rien reçu en terme de taxes superficiaires », a regretté le maire, ajoutant que ce fut aussi le cas pour 2017.

« Nous allons poursuivre, au niveau du cadastre, pour entrer en possession de ce qui nous revient. À César ce qui est à César, même si c’est petit ! », a poursuivi Talato Bernard Bouda.

Et les représentants de la mine d’intervenir pour se décharger. « Nous sommes à jour de tout ce qui est taxes et impôts », a expliqué, pour sa part, Bakoué Ousmane, intendant des relations avec les communautés de Kiaka Gold.

En temps normal, cette taxe se paye en année + 1, et au plus tard le 30 juin, a expliqué Marc Dabiré. « C’est peut-être le mécanisme de liquidation et de recouvrement qui a été confronté à des difficultés. Cela est dû au processus de modernisation du cadastre minier. Ce processus est terminé et des actions sont en train d’être prises pour reverser les montants aux communes », a-t-il rassuré.

« Nous ne savions pas… Comment savoir si on ne nous dit pas ? », a répondu le maire. C’est justement l’un des objectifs de ces tournées de dissémination des rapports de l’ITIE-BF : permettre aux populations et aux autorités locales d’avoir des informations de première main.

« La population ne comprend pas, elle ne sait pas ce que la mine fait. Les gens écoutent souvent des ragots, reçoivent des informations non-fondées dans les rues, les débits de boisson. Pourtant, l’information est la clé de voûte pour tout développement. Tant qu’on n’est pas informé, on ne peut entreprendre des activités de développement.
Quand quelqu’un est sous-informé, il est aigri, il ne peut que saper le travail de ceux qui ont l’information et qui agissent. Cette rencontre est donc la bienvenue », a développé, pour sa part, Nobila Athanase Kinda, conseiller municipal, président de la Commission affaires économiques et financières de Gogo.

JPEG - 98.4 ko
Conseiller municipal

Comme ailleurs, la rencontre de Gogo a regroupé le comité local ITIE. Il a ainsi pu s’imprégner de de la production minière en 2016 sur l’ensemble du territoire national, de ce que les sociétés ont versé à l’État comme taxes et impôts, de ce que les mairies et régions ont reçu, du nombre de personnes qui travaillent dans les sociétés retenues dans le rapports, des payements sociaux effectuées par les mines, de leur contribution au fonds de réhabilitation et de fermeture et des recommandations du consultant.

C’est fort de ces informations que les participants ont apprécié la vulgarisation du rapport. « Lorsqu’on discute avec les populations, on constate d’office une reconnaissance du secteur minier, de par les questions, les préoccupation soulevées. C’est donc l’occasion de leur donner des informations. Partout où nous avons tenu ce genre de compagne de sensibilisation et de dissémination du rapport, de plus en plus le climat est apaisé avec les sociétés minières », s’est réjoui Marc Dabiré.

JPEG - 67.9 ko
Représentant de la mine

Pour Ousmane Bakoué, si l’ITIE n’existait pas, il fallait impérativement la créer. Pour lui, cette initiative « permet à toutes les couches sociales d’être au même niveau d’information que les différents acteurs qui animent le secteur minier ».

Certains acteurs ont souhaité que les séances de dissémination du rapport soient élargies au plus grand nombre. Pour le conseiller municipal Nobila Athanase Kinda, il faudra impliquer les chefs coutumiers des 25 villages de Gogo, les leaders religieux, les Conseillers villageois de développement (CVD) et tous les 50 conseillers municipaux de la commune (ils étaient dix à la rencontre).

Dr Sidiki Guiré, chargé des rapports à l’ITIE-BF, a expliqué que cette démarche aurait été la meilleure, mais par faute de moyens, chaque participant devrait jouer le rôle de relais auprès de sa base. Pour Ousmane Bakoué, cela doit être du ressort de la mairie. « Il faut que la commune organise des journées de redevabilité pour rendre compte, divulguer ces informations à une grande partie de la population », a-t-il suggéré.

Les prochaines étapes de dissémination conduiront l’ITIE-BF dans la partie nord du pays.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Manga
Soleil voilé, Humididté : 32%
Max : °C
Min : °C

33°C
Soleil voilé
Dimanche
Soleil voilé
21|34°C
Lundi
Soleil
21|36°C
Mardi
Soleil voilé
22|36°C
Mercredi
Soleil voilé
21|36°C
Jeudi
Soleil voilé
20|36°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter